top of page
Rechercher

Les bandhas

Dernière mise à jour : 26 sept. 2022





Pour bien comprendre ce que sont les bandhas, jetons d'abord un oeil sur ce qu'est le Prana : cette énergie vitale qui circule à l'intérieur de nous, à travers nous et partout autour de nous. Cette énergie est en perpétuel mouvement, elle fait le lien entre le monde physique et le non manifeste.


Avec les bandhas, on agit sur l'énergie vitale à l'intérieur de notre corps, on vient verrouiller certaines zones de notre corps pour diriger notre Prana dans un sens ou un autre. Ce sont donc des verrous énergétiques, on peut les activer pour renforcer notre pratique à travers notre corps et notre esprit. Ils peuvent être combinés et intensifiés avec certains Pranayamas ( exercices de respiration ).


Le terme « Bandha » signifie sceller ensemble, joindre.

L'activation des bandhas génère de la chaleur dans le corps. Ils participent à la régulation du tonus musculaire.



Il y a trois principaux Bandhas :



JALANDHARA BANDHA


En posture assise, on laisse tomber la tête vers l'avant et en contractant la gorge, on veille à garder le dos bien droit et la colonne vertébrale étirée et allongée pour laisser circuler l'énergie entre les vertèbres. Détendez les épaules et levez la poitrine vers votre menton, en même temps, rapprochez vos omoplates entre elles contre le dos. Gardez la gorge verrouillée, en rétention d'air en haut, poumons pleins, ou bien en rétention à vide.




UDDIYANA BANDHA


La pratique régulière de Uddiyana bandha renforce les muscles respiratoires et augmente la mobilité du diaphragme, le muscle respiratoire le plus important.


Il effectue un brassage très puissant qui permet de décongestionner le foie et de masser la vésicule biliaire et le pancréas.

Ceci régule alors la sécrétion des enzymes qui agissent sur la décomposition des graisses dans l’intestin grêle.


Le massage interne provoqué par Uddiyana bandha provoque une stimulation mécanique des fibres nerveuses autonomes, si bien que cette pratique assure une régulation du système nerveux végétatif, qui contrôle le bon fonctionnement de nos viscères.


Le soulèvement du diaphragme et son effet d’aspiration vers le haut favorise le retour du sang vers le cœur.

Tous les viscères de la cavité abdominale reçoivent ainsi un afflux de sang oxygéné, ce qui contribue fortement à leur régénération.



Après une inspiration profonde, on expire rapidement, bruyamment, brutalement, par la bouche. Dans le même temps, pour mieux chasser complètement l’air des poumons, on comprime la cage thoracique en arrondissant le haut de la colonne et en inclinant encore plus le buste vers l’avant. Puis on retient le souffle en gardant les poumons vides.

On soulève alors le diaphragme comme si on voulait prendre une inspiration, mais sans faire rentrer aucun air dans les poumons. Les viscères abdominaux sont alors tirés vers l’arrière puis aspirés vers le haut et, plaqués contre la colonne vertébrale, comme énoncé dans le Hatha Yoga Pradipika. Le ventre apparaît complètement vidé.



MULA BANDHA


Il appartient au premier centre énergétique, Muladhara chakra, qui se trouve à la base de la colonne vertébrale.

Le Muladhara Chakra est en lien avec la force de vie, il est le siège de la Kundalini. 

C’est en lui que se trouve les instincts vitaux ( la survie, l’énergie sexuelle), le côté animal de l’être humain, mais aussi son équilibre physique et psychique.

Il fait monter l'énergie vers le haut, pour ne pas qu'elle s'accumule en bas et nous fasse traîner vers les basses énergies, il propulse l’énergie vitale vers le haut et élève la conscience.


Mula bandha est destiné à purifier ce que les yogis nomment le "prana maya kosha", C’est une couche énergétique qui comprend le corps éthérique et le corps astral, et est liée au système émotionnel de l’être.


En posture assise, Contractez le sphincter anal avec force pendant que le talon gauche appuie contre le périnée.











34 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page